Concierge et sécurité au travail

Michel Gonin

Des accidents peuvent advenir sur tout lieu de travail. Or, la sécurité et la santé des collaborateurs dépendent de nombreux facteurs. Dans le milieu de la conciergerie, en fonction du type de travail et de la dangerosité de la tâche effectuée, différentes ordonnances ou règlements s’appliquent. Mieux vaut les connaître afin de prévenir tout accident. 

La Commission fédérale de coordination pour la sécurité au travail (CFST) est la centrale d’information pour la sécurité au travail et pour la protection de la santé sur le lieu de travail. Elle coordonne les mesures de prévention à travers ses directives et veille à l’application des prescriptions, notamment en ce qui concerne les travailleurs isolés. Ses décisions revêtent un caractère obligatoire. En matière de sécurité au travail, plusieurs consignent prévalent. S’il existe des ressources incontournables à ce propos (OPA, directive MSST, élaboration d’un système de sécurité avec des entreprises tierces), nous avons également rencontré Michel Gonin, responsable de complexe et chargé de sécurité MSST pour la Ville de Prilly, qui nous a transmis son expertise terrain en la matière.

Taille des haies
Travail avec un aspirateur dorsal Nilfisk GD5

Alors que les employeurs sont parfois tentés de sous-estimer les mesures de prévention et de protection à adopter, bien souvent, investir dans la sécurité permet de faire des économies : d’après l’expérience de Michel Gonin, pour un franc investi, on en économise deux et demi. Si la loi sur le travail (LTr) codifie la législation générale protectrice des travailleurs, l’ordonnance sur la prévention des accidents et des maladies professionnelles (OPA) concerne toutes les sociétés dont les employés exécutent des travaux en Suisse. En vertu de l’OPA, les employeurs sont astreints à déterminer les dangers encourus au sein de leur entreprise et à prendre les mesures et dispositions de protection selon les règles de la technique. Dans le domaine de la conciergerie, les accidents les plus courants sont bien sûr liés à la manipulation de produits chimiques, au travail avec certaines machines pour lesquelles les concierges nécessitent d’être formés, ou encore au travail en hauteur : ici, c’est à l’employeur de fournir un pont de travail ou une nacelle.

Un franc investi dans la sécurité permet d'en économiser deux et demi

Michel Gonin, responsable de site et chargé de sécurité pour la Ville de Prilly

Travailleurs isolés : mesures préventives à observer dans la conciergerie


On dit d’un travailleur qu’il est « isolé » lorsque l’on ne peut pas le secourir de manière immédiate en cas d’accident ou de situation critique. Les concierges, au même titre que d’autres travailleurs isolés, doivent donc faire l’objet de mesures préventives spécifiques de la part de l’employeur. « Il est nécessaire, pour l’employeur, d’être très attentif à un travailleur qui exécute ses tâches de manière isolée. S’il manipule une tondeuse, a-t-il son équipement de sécurité ? Le dispositif d’arrêt d’urgence fonctionne-t-il ? », commente Michel Gonin. Il ajoute : « concernant le travail en hauteur, l’erreur la plus courante est de ne pas fournir de garde-corps lorsque le concierge est amené à nettoyer les vitres. On peut travailler jusqu’à trois mètres sans harnais, ensuite, celui-ci devient obligatoire. En cas d’oubli de la part de l’employeur, les conséquences humaines peuvent être terribles. L’employeur est tenu de prendre en compte toutes les mesures adaptées aux conditions données et à informer les travailleurs sur la situation dans certains domaines et toute modification de celle-ci. Réciproquement, les travailleurs peuvent poser des questions à l’employeur et lui suggérer la mise en œuvre de certaines mesures notamment en ce qui concerne la sécurité au travail et la protection (Loi sur la participation). » Il est par ailleurs attendu de l’employeur qu’il puisse maintenir un contact régulier avec les travailleurs isolés, assurer un lien (ex. téléphone, smartphone, montre connectée, etc.) avec leur poste de travail isolé et un autre poste situé à proximité où une présence est assurée en continu. À ce propos, la SUVA met à disposition des employeurs une liste de contrôle (exigences pour personnes travaillant seules et postes de travail isolés, formation, etc.) pour savoir si la sécurité des travailleurs isolés est assurée.

Collaboration avec les entreprises tierces


La SUVA observe que les travaux ne relevant pas de l’activité principale d’une entreprise sont de plus en plus souvent confiés aux mains d’une entreprise tierce. Dans ce cas, nous précise Michel Gonin, il est indispensable de définir ce que l’on attend de cette entreprise, soit au minimum qu’ils appliquent la loi et protègent les employés. » Lorsque plusieurs sociétés coopèrent, tous les employeurs concernés sont responsables de la sécurité de leurs collaborateurs respectifs.


L’employeur mandant possède plusieurs responsabilités :

  • La planification des travaux et processus et l’identification de dangers potentiels, laquelle peut donner lieu à l’élaboration d’un concept de sécurité ;
  • L’information sur les dangers existants au sein de l’entreprise ou de ceux générés par la coopération et sur les moyens utilisés pour les éviter ;
  • La mise en œuvre des mesures mentionnées ci-haut ;
  • Le contrôle régulier de l’application de ces mesures de sécurité.


Par ailleurs, il est du ressort de l’entreprise mandante de rendre attentifs les collaborateurs de l’entreprise tierce aux mesures de sécurité en vigueur dans ses locaux. Ainsi, elle devra s’assurer qu’un coordinateur de la sécurité soit nommé, idéalement la personne en charge de la conduite des travaux. Il est attendu de cette dernière qu’elle connaisse les conditions d’exploitation de l’entreprise et soit en mesure de donner des indications sur la sécurité et la protection de la santé aux collaborateurs des sociétés concernées.

Michel Gonin est né en 1963. Après avoir travaillé 10 ans dans l'industrie du cinéma au Mexique, il revient en Suisse pour occuper divers postes dans le domaine de la conciergerie et de l'intendance. Actuellement, il est responsable de site et chargé de sécurité et de santé au travail pour la Ville de Prilly. Il est également l'heureux papa de 4 enfants.... dont des triplés!